· 

La création d’Ebsythria – première partie : la musique et l’histoire

Avec un visuel et des titres faisant référence au thème du voyage sur « Navigation », et une poignée de morceaux partageant un fil conducteur sur « Passage », certain(e)s d’entre vous ont dû se demander si je n’étais pas en train de songer à un jour sortir un album-concept en bonne et due forme. C’était effectivement une idée qui me travaillait depuis un moment. Mais comme vous pouvez l’imaginer, une telle tâche requiert nettement plus de préparation que pour un album « ordinaire ». Et jusqu’à la sortie de « Passage », je n’avais jamais eu l’impression d’avoir assez de temps pour développer les différents éléments.

 

Une fois que « Passage » fut sorti, toutefois, je me dis qu’il était grand temps de passer au niveau supérieur. Tout en me lançant dans une série de répétitions intensives, je me mis à noter des idées, élaborant ainsi peu à peu les prémisses du concept en question. Vers la mi-novembre 2017, je commençai à sélectionner des sons, à trouver des mélodies et à enregistrer des pistes. Cette fois-ci, je voulais repousser encore plus les limites. Cet album allait être mon plus symphonique à ce jour. Il serait riche et grandiose.

 

Et mine de rien, j’ai beaucoup enregistré. Le nombre de compositions croissait rapidement. Mais une musique aussi riche requiert un concept tout aussi riche. Et tandis que le projet avançait, je me suis rendu compte que tout ceci exigerait plus de temps que je ne l’avais imaginé. En d’autres termes, si je voulais avoir un nouvel album prêt à temps pour les Imaginales de 2018, il me faudrait réorienter ma créativité vers un autre projet.

Le Korg N5EX, mon tout premier synthétiseur. "Ebsythria" fut exclusivement enregistré avec.
Le Korg N5EX, mon tout premier synthétiseur. "Ebsythria" fut exclusivement enregistré avec.

Heureusement, j’avais déjà un autre projet vers lequel me réorienter. De temps en temps, entre deux escapades symphoniques, il m’arrivait de prendre des « pauses », en quelque sorte, et d’enregistrer quelque chose de moins complexe et de plus planant. En réécoutant tout ce que j’avais enregistré jusque-là, je fus heureux de constater que j’avais déjà un bon nombre de morceaux planants à ma disposition. En somme, c’était comme si un autre album-concept prenait forme, parallèlement au premier. Tout ce qu’il restait à faire, c’était de trouver quelques idées musicales supplémentaires et développer une histoire qui collerait à l’ambiance.

Etant donnée la sensation futuriste qui émanait de ces compositions, il devînt évident que l’histoire en question serait dans le registre de la science-fiction. Et étant donné le caractère principalement éthéré de la musique, l’idée d’une planète principalement aquatique me vînt immédiatement à l’esprit. Une fois que l’histoire fut enfin terminée, il me resta simplement à enregistrer quelques morceaux supplémentaires, afin que les différentes ambiances et les différents événements soient convenablement illustrés.

  

Mais… le travail ne s’arrêta pas là. En effet, cette histoire devait également être illustrée dans le sens visuel du terme. De surcroît, je voulais créer une présentation spéciale pour la version CD. Quelque chose d’inventif et d’élégant qui la rendrait unique.

 

 Cliquez ici pour en savoir plus sur le visuel et la pochette !

 

Sincères salutations.

 

Iridaes